Mon parcours pour devenir Styliste Photo

Je vous parle ici de mon parcours scolaire !

Quand je prend un peu de recul sur mon parcours scolaire je me dis parfois que j’aurai pu mieux faire, mais je crois que je n’étais pas faite pour les études tout simplement.

Cela était peut-être lié au système scolaire, dont les méthodes d’apprentissage ne me correspondaient pas, il m’arrivait même de partir à l’école le cartable vide, et d’utiliser les stylos et feuilles de ma voisine pour pouvoir participer un minimum au cours. Mon meilleur copain était probablement mon agenda vide qui me servait à dessiner lorsque je m’ennuyais…

Malgré tout, j’ai quand même tenu le coup jusqu’au BTS !

j’étais vraiment passionnée par les travaux pratiques, les choses manuels, ma seule envie était de créer et faire des choses de mes mains…

Pour faire rapide, je suis vite passée d’une école générale, à une école technologique. J’ai ensuite fais une 3ème et une 4ème technologique au lycée Marie Noël de Tourcoing.

J’ai réalisé un BEP métiers de la Mode au lycée Maria Goretti à Lambersart, et une réelle passion est née. Je suis une grande passionné de mode et pouvoir avoir sa propre machine à coudre, créer ses patrons, choisir son tissus et créer un vêtement de toutes pièces, de mes propre mains était une révélation, un pur bonheur.

En fin d’année scolaire, on nous proposait un petit défilé de mode, pour pouvoir créer, porter et défiler avec 5 pièces de notre choix. Une belle concrétisation de ces deux superbes années de travail et d’apprentissage.

A la fin de ce BEP, mon rêve était bien sur de rentrer dans l’une des plus belle école de mode en France : ESMODE. A l’époque, cette formation était proposée sur 3 ans, 2 ans à Roubaix et la dernière année a Paris…

Malgré tout l’amour que mes parents me porte, la formation qui coutaient entre 6000 € et 8000 € l’année sans fournitures était un peu trop pour eux, et pour moi également. J’étais vraiment consciente du risque que je prenais à faire une formation sans réels débouchés, car on ne vas pas se mentir la mode reste un milieu très fermé, et sans contact, percer me semblait très difficile.

J’ai donc pris la décision a la dernière minute de faire un bac pro commerce.

Oui je sais, je vous vois derrière votre écran à froncer les sourcils ! C’est étonnant, complètement fou, mais j’ai beaucoup appris, le commerce nous sert dans la vie de tout les jours sans le savoir, mettre en valeur les produits, savoir vendre, prendre confiance en soi, savoir se vendre soi-même et donner les arguments nécessaires pour vendre au mieux un produit, une idée, pleins de choses qui me servent au quotidien aujourd’hui…

Bon je n’ai pas fini première de classe, aujourd’hui j’ai toujours un réel manque de confiance en moi, mais j’ai eu mon bac et ça c’est le plus important !

Ensuite, pour tout vous expliquer, en plus de la mode, la décoration était omniprésente depuis toute petite, quand je jouais à la barbie, je passais plus de temps à leur construire une maison, un univers, plutôt que de raconter des histoires d’amour avec Ken…

Je passais mon temps à changer la disposition de ma chambre, bouger les meubles, me créer des univers différents comme si j’avais besoin de changement constamment, me sentir bien dans mon espace, me créer un cocon…

Alors après ce bac pro commerce j’ai donc arpenté le salon de l’étudiant pour savoir ce que j’allais faire de ma vie, trouver une formation, peut-être une école mélangeant la mode et la décoration, pour moi cela semblait impossible…

Sur ce salon, j’arrivais presque à la fin de ma visite quand j’aperçu au loin le stand de l’école CEPRECO  à Roubaix, une vitrine mélangeant un réel style mode et tout un univers déco autour… C’etait juste inespéré, il était indiqué « Formation Visuel Merchandising » et pour moi, ça rester du chinois, un métier incompréhensible mais qui me donner clairement envie !

Alors pourquoi pas, je prend donc contact avec l’école et programme un rendez vous. Suite à ce rendez vous l’école m’informe que cette formation a un concours d’entrée, qu’il faut bien le préparer, que la formation est très chère quand même, mais forte heureusement pour moi l’école a commencé à accepter les élèves boursier tout juste l’année où je me suis inscrite.

Tout était réunis pour que je puisse trouver ma voie et tester cette formation qui me donnait clairement envie.

Quelques jours plus tard je réussissais le concours d’entrée. Je découvrais alors les professeurs, des externes passionnés qui venaient donner des cours à des amateurs comme nous.

Le charme opère tout de suite je découvre alors l’atelier de menuiserie (c’est là ou j’ai appris comme jamais à manier ma scie sauteuse, perceuse, scie circulaire et beaucoup d’autres outils que l’on imaginerait pas dans mes mains au premiers abords ^^). Plus rien avait de secret pour moi, il ne fallait pas se trouver sur mon chemin, je pouvais scier n’importe quoi sur mon passage, créer des meubles, des structures, une vraie passion.

Vint alors l’annonce du projet “fil rouge” de l’année: la fameuse vitrine. Nous en avions chacune une, à taille réelle, et tout les mois c’était à nous de jouer, notre professeur nous donnait un thème (ex table de fête) et la, face à nous, une structure vide et tout à faire. C’est la que tout devient intéressant, 28 filles prêtes à dégainer leur univers, leurs idées, leurs créations, faire appel à leur imagination…

Que vous vouliez une table, des colonnes ou des supports dans votre vitrine, hop hop hop, en menuiserie pas question d’en acheter une toute faite le principe étant de créer.

En moyenne 2/3 jours de réalisation, ensuite la prof et toute la classe se rassemble pour faire le tour des vitrines, autant vous dire que quand vient mon tour, tout le monde m’entend déglutir au fond de ma gorge et mon coeur battre à 15000/H, mais c’est comme ça que l’on apprend à avancer, avec les critiques de chacunes, pouvoir écouter les conseils et faire mieux la prochaine fois.

A la fin nous ne formions qu’un, toujours prêtes à aider la voisine à deux heures de la fin, une structure qui tombe, devoir accrocher des étagères à deux mètres de haut, avec une visseuse dans les mains, des vis dans la bouche, une étagère sur la tête, courir comme des dingues dans les couloirs entre la salle de peinture, menuiserie bref des années inoubliables !   

J’ai énormément appris durant ces deux années qui se terminaient chacune par un stage de 3 mois.

La première année, je réalise mon stage a la boutique Diesel, dans le quartier du vieux Lille, un très bon stage qui d’ailleurs fait suite a une promesse d’embauche sur le champs. J’ai alors 21 ans et je ne suis qu’à ma première année d’études, on me propose d’arrêter et de m’embaucher avec un contrat a 1800€/net et une tenue diesel offerte par mois, une proposition qui clairement me laisse douter durant des jours mais il était important pout moi de finir ma mission et de décrocher ce BTS et ce diplôme qui me tenais à coeur.

J’ai donc refusé et choisis de continuer. Un bon choix finalement, car j’ai réalisé mon second stage avec une styliste photo, un métier tout autre mais qui était clairement une révélation pour moi ! J’ai donc suivi pendant 3 mois une styliste indépendante qui décrochait pas mal de contrat avec des marques complètement différentes. Les journées étaient rythmés entre ambiances décoration et habillage de mannequins pour mettre en valeur des produits bien définis.

C’était clairement le métier que je voulais faire : Styliste Photo, j’avais le sourire en me levant le matin à l’idée de voir des choses différentes chaque jour,  devoir réfléchir et créer la tendance de demain au travers d’univers que je devais créer moi-même.

Grâce à ce stage, j’ai donc rencontré énormément de personnes, des photographes, des make-up, des mannequins… un univers unique qui permet de travailler en équipe car lors des shooting photo tout le monde est indispensable !

Après ce stage j’ai donc terminé ma dernière année sur un nuage, car j’avais trouvé, trouvé ce que je voulais faire de ma vie.

La fin est proche et la vitrine de fin d’année porte sur le thème “ACCESSOIRES DE MODE”. Je l’ai donc réalisé sur le thème du très célèbre styliste anglais MATTHEW WILLIAMSON et j’ai fini première de la classe, genre moi première quoi ! Inespéré !

 

 

Pour financer mes études car tout n’étais pas pris en charge j’ai décroché un contrat en CDI chez H&M à Lille, une très belle aventure aussi dont je pourrais vous en parler des heures, de belles rencontres, une grande famille, l’ouverture d’esprit dans le commerce, bref un autre sujet.

Une fois diplômée j’ai donc continué chez H&M en augmentant mon contrat le temps pour moi de me faire une place dans le métier de Styliste Photo.

Et là ! Premier contrat ! La styliste chez qui j’ai réalisé mon dernier stage ne peut absolument pas accepter une mission, car elle a déjà accepté un autre client sur les mêmes date, elle a donc l’idée de me proposer auprès de la cliente, un photographe que j’avais vu quelques fois durant mon stage qui joua le jeu et accepta que je travaille pour eux !

Un cri de joie s’empare de moi, quand j’apprends en plus que c’est une mission de 10 jours à Ibiza pour le catalogue QUELLE qui souhaite mettre en avant une collection enfant.

Je n’avais pas le droit au faux-pas durant ces 10 jours, je préparais la collection dans ma chambre jusque tard dans la nuit, une énorme pression sur les épaules, je ne devais rien lâcher.

Sur le trajet du retour, l’équipe débrief de la mission et la cliente et le photographe me font que des éloges sur mon travail et mon attitude en général. Un vrai bonheur après 10 jours intensifs de stress d’entendre ces mots réconfortants et motivants pour la suite. C’est juste le début d’une belle aventure, voilà 9 ans que je travaille en étant indépendante et je collabore encore très régulièrement avec le photographe qui m’a fait confiance à l’époque…

Vous savez presque tout à présent, j’espère que ça vous éclairera un peu plus sur mon parcours et mon travail. Avec du recul, je ne changerais rien sur mon parcours scolaire, chaque étape fut importante pour moi, et ce que j’en retiens, c’est uniquement de faire les choses avec passion.

L’école c’est très important, je ne dirais jamais le contraire, mais avec mon expérience je n’obligerais jamais mon fils à faire de grande études, à vouloir le mettre sur un chemin qu’il ne souhaite pas, je serais toujours derrière lui à le pousser à trouver sa voie et ce qu’il aime, c’est la clef de la réussite, pas forcément financière, mais la clef du bonheur, se lever chaque matin et travailler en faisant ce qui te passionne et te plait, c’est donc ça pour moi la clef de la réussite…

J’espère que mon premier article vous plaira et vous a permis de me connaitre un peu mieux 😉

Rachel

 


Partage cet article à tes amis !

58 comments

  • Moi aussi je suis passée par cepreco (licence responsable commercial). Très bonne école. Que de bons souvenirs !

  • Je suis dans le même cas que tu étais j’adore la mode et la décoration, et il est impossible pour moi de ne choisir qu’un domaine. Dirais tu qu’il faut avoir beaucoup confiance en soi pour entrer dans le monde de la mode ? Et j’ai entendu parler de ESMOD, si c’était à refaire et que tu pouvais y rentrer le ferais tu ? (juste pour savoir car je ne pense pas que mes parents aient les moyens). Car le métier de styliste m’attire énormément mais j’ai peur que ce soit un secteur trop fermé ou que je n’y arrives pas par difficulté ou parce que les élèves sont plus “styliste” (doué en mode) que moi. Merci de partager ton expérience en tout cas car je me suis beaucoup reconnu dans ta situation !

    Ps : J’ai 17 ans et je suis en Terminale S.

  • Tu es styliste photo mais tu as quand même un photographe ou c’est toi qui fait tout??

  • Je ne connaissais pas du tout ce diplôme. Je me serais sûrement plus orienté vers ce cursus…
    dis moi quel outils utilise pour faire tes plans, plaquettes ? Merci et bonne continuation 😉

  • J’adore, j’ai fait mon diplôme de visuel merchandising aussi, en alternance par contre, mais même ambiance, même effervescence.
    Je n’ai jamais retrouvé dans mon travail le plaisir pris à l’atelier!

  • Ton parcours est vraiment très courageux, tu as pris pleins de risques et ils ont été récompensés aujourd’hui ! Bravo pour ton courage, et ta motivation ! La déco, le design et tous ça c’est un domaine qui me semble très flou comme la mode^^ mais tu as réussi 😊

  • C’est un très beau parcours très motivant ! Je fais des études dans le design (décoration d’intérieur) et il est vrai qu’il faut faire ça avec passion. C’est tout ce qui compte. Quand on a trouvé notre voie, on s’éclate !

  • Wahou ! je ne connaissais pas du tout ce BTS qui m’allaire juste génial vu comment tu décris celui ci.
    En tout cas, très beau parcourt, original comme toi!!
    Hâte de lire de nouveau article, tellement agréable à lire !
    bonne continuation pour ce blog qui, en jette déjà plein les yeux !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tapes ta recherche et appuies sur Entrée !